FAQs

Questions générales

« YOLIM » (saison des pluies et des semences en Kabyè) est un programme par lequel l’Etat, à travers des banques partenaires, octroie des prêts à taux d’intérêt nul, aux agriculteurs pour l’achat d’intrants agricoles (semences, engrais, pesticides, inoculum) et pour la location de tracteur.

Ce programme a pour objectif d’accroître la production agricole des petits exploitants en leur facilitant l’accès à des intrants et à des équipements agricoles.

Le programme permet aussi de promouvoir auprès de ces derniers, l’utilisation des services mobiles pour accéder à des financements et aux facteurs de production essentiels. YOLIM pose ainsi, les bases pour une bancarisation des petits exploitants agricoles qui pour la plupart n’ont pas de comptes bancaires, ni d’historique de crédit, d’où leur difficulté à obtenir des prêts auprès des institutions bancaires ou de microfinances.

Le crédit YOLIM se présente sous la forme d’un bon d’achat électronique et s’élève à 96 000 F CFA, l’équivalent de 96 YOLIM (YLM). L’agriculteur rembourse son prêt au moment où il revend les produits de sa récolte à l’agrégateur.

Agri-PME est un programme de subvention au travers duquel l’Etat fait au petit exploitant agricole, un don de 17 000 F CFA pour l’achat d’engrais, uniquement.

YOLIM est un programme de prêts à taux d’intérêt nul, d’une valeur de 96 000 F CFA octroyé à chaque petit agriculteur éligible. Bien que cela soit du crédit, YOLIM, à la différence d’Agri-PME, permet à l’agriculteur d’avoir accès à l’ensemble des facteurs de production de base (semences, engrais, pesticides, inoculum ; et le tracteur pour le labour) pour une exploitation agricole d’une superficie minimale d’un (01) hectare.

Les 3 principaux acteurs du monde agricole concernés par le programme YOLIM sont :

  • Les agrégateurs : ce sont des entreprises agricoles qui achètent habituellement la production de l’agriculteur. Ils sont garants du prêt de ce dernier et à ce titre, rembourse le crédit YOLIM pour le compte de l’agriculteur au moment où ils achètent les produits issus de la récolte de ces derniers.
  • Les fournisseurs : ils ont pour rôle de mettre à la disposition de l’agriculteur les intrants agricoles (semences, engrais, pesticides, inoculum) ou les services à valeur ajoutée (location de tracteur pour le labour) dont il a besoin pour son exploitation agricole.
  • Les agriculteurs : ils ont pour rôle d’utiliser le crédit YOLIM pour acheter les intrants ou services agricoles à valeur ajoutée auprès des fournisseurs YOLIM, d’utiliser ces intrants de manière efficiente pour obtenir un rendement agricole en quantité et en qualité. Ils ont pour obligation de revendre leur production à l’agrégateur avec lequel ils ont signé un contrat, afin de pouvoir rembourser le crédit YOLIM qui leur a été octroyé.

Non, le crédit est évalué en YOLIM (YLM).

La vision est que YOLIM soit un programme pérenne dans le temps ; il a vocation à être reconduit chaque année. Cette année (2020) est une année pilote ; aucune date limite, n’a de ce fait été officiellement communiquée.

*820# permet à l’agriculteur d’acheter avec son crédit YOLIM :

  • des semences ;
  • des engrais ;
  • des pesticides ;
  • de l’inoculum.

*824# permet à l’agriculteur de louer un tracteur soit son crédit YOLIM, soit avec ses fonds propres.

Agriculteurs

Pour qu’un agriculteur puisse bénéficier du crédit YOLIM, il faut qu’il :

  • produise à minima 0,5 hectare de culture agricole destinée à l’exportation (ex : soja, coton, anacarde…) et 0,5 hectare de culture destinée à la consommation locale (ex : riz, maïs). Pour l’heure, seuls les agriculteurs de la filière Soja ayant pour culture secondaire le maïs ou le riz peuvent participer au programme. En effet, seuls les agrégateurs de cette filière ont pu présenter des garanties pour leurs agriculteurs ;
  • ait été enregistré par un agrégateur dont la convention bancaire a été approuvée par le Ministère de l’Economie et des Finances (MEF) ;
  • ait un numéro de téléphone mobile valide qui lui soit propre puisque les crédits YOLIM sont versés sur leur numéro de téléphone mobile ;
  • ait un numéro de carte d’électeur valide ; la carte d’électeur est un instrument d’identification des bénéficiaires des programmes sociaux promus et opérés par l’Etat togolais.

Non, l’agriculteur ne peut pas retirer les fonds qui lui sont alloués pour acheter les intrants et louer un tracteur.

Pour acheter les intrants dont il a besoin, il lui faut forcément, composer *820# en utilisant le numéro avec lequel, il s’est inscrit auprès de l’agrégateur et suivre les instructions. Pour louer un tracteur, il lui faut composer *824#.

Il compose *820# pour acheter :

  • des semences ;
  • des engrais ;
  • des pesticides
  • de l’inoculum.

Pour louer un tracteur pour le labour, il compose *824#

Note : Il doit obligatoirement utiliser le téléphone avec lequel il s’est enregistré auprès de l’agrégateur à qui il revend habituellement sa récolte, pour composer les codes USSD susmentionnés. S’il utilise un autre numéro de téléphone il ne pourra pas accéder à son crédit YOLIM.

Non ! Les fonds YOLIM, de l’agriculteur éligible, sont versés sur le numéro qu’il a fourni à l’agrégateur, il ne pourra pas utiliser un autre numéro de téléphone mobile pour les opérations YOLIM.

Le code PIN par défaut du portemonnaie électronique (que cela soit le compte de l’agriculteur oui du gestionnaire des points de ventes) est 1234.

Ils ont cependant la possibilité de changer leur code PIN en composant *820*1*3#.

Non, les agriculteurs ne peuvent pas s’inscrire au programme YOLIM en composant le *820#.

Pour participer au programme et bénéficier du crédit YOLIM, l’agriculteur doit être déclaré par un agrégateur avec lequel il a un contrat, et dont la convention bancaire a été approuvée par le Ministère de l’Economie et des Finances.

Le crédit alloué s’élève à 96 000 F CFA soit 96 YLM réparti comme suit :

  • Labour d’1ha = 35 000 F CFA  (soit 35 YLM).
  • Engrais (100 kg NPK15-15-15 et 50 kg d’urée) = 37 500 F CFA (soit 37,5 YLM).
  • Inoculum de soja = 2 000 F CFA (soit 2 YLM).
  • Semences pour les agriculteurs qui font du maïs en culture secondaire (10 kg de maïs et 20 kg Soja) = 16 500 F CFA (soit 16,5 YLM).
  • Semences pour les agriculteurs qui font du riz en culture secondaire (20 kg de riz, 20kg de Soja) = 21 500 F CFA (soit 21,5 YLM).
  • Pesticides = 5 000 F CFA (soit 5 YLM).

L’agriculteur a jusqu’à la fin de campagne agricole pour utiliser son crédit YOLIM.

Les 96 000 F CFA (soit 96 YLM) correspondent au montant total nécessaire pour l’achat d’intrants et la location de tracteur pour une exploitation de soja-maïs ou soja-riz, couvrant une superficie d’un (01) hectare à raison de 0,5 hectare par culture.

Il peut utiliser les 96 YOLIM pour l’achat des intrants et la location d’un tracteur pour couvrir les dépenses pour une exploitation d’un hectare.

Les dépenses liées aux surfaces supplémentaires sont à la charge de l’agriculteur ; il devra alors payer avec ses propres fonds.

L’agriculteur rembourse son crédit au moment de la vente de sa récolte à l’agrégateur avec lequel il a un contrat, et qui s’est porté garant pour lui auprès de l’Etat pour qu’un crédit YOLIM lui soit accordé.

Ainsi Si le montant du produit de la récolte que l’agriculteur revend à son agrégateur est de 200 000 F CFA, l’agrégateur déduit les 96 000 F CFA du crédit YOLIM et paie à l’agriculteur 104 000 F CFA. L’agrégateur se charge de reverser les 96 000 F CFA à l’Etat.

Ce processus ne s’effectue pas via la plateforme YOLIM.

Il doit composer *824# en utilisant le numéro de téléphone avec lequel il s’est enregistré auprès de l’agrégateur avec lequel il a un contrat  et suivre le menu.

Agrégateurs

L’agrégateur est l’entreprise agricole qui achète régulièrement la récolte de l’agriculteur avec lequel il a un contrat. Il est garant du prêt de ce dernier et à ce titre, rembourse le crédit YOLIM pour le compte de l’agriculteur au moment des récoltes. Il a l’obligation d’acheter la récolte de l’agriculteur.

Pour participer au projet YOLIM, l’agrégateur doit se faire identifier auprès du Ministère de l’Agriculture, de la Production Animale et Halieutique et fournir une convention bancaire qui devra être revue et approuvée par le Ministère de l’Economie et des Finances.

Ce n’est qu’après l’approbation de la convention bancaire de l’agrégateur, que les agriculteurs déclarés par ce dernier pourront bénéficier des crédits YOLIM.

 

C’est un agrégateur qui a soumis au Ministère de l’Agriculture, de la Production Animale et Halieutique, la liste des agriculteurs auxquels il souhaite que l’Etat accorde un prêt YOLIM, mais dont la convention bancaire n’a pas encore été validée par le Ministère de l’Economie et des Finances.

C’est un agrégateur dont la convention bancaire a été validée par le Ministère de l’Economie et des Finances.

La convention bancaire est un document émis par l’institution bancaire de l’agrégateur, qui atteste de la capacité financière de ce dernier à se porter garant pour les agriculteurs à qui il voudrait que l’Etat accorde un crédit YOLIM.

Fournisseurs

Pour qu’un fournisseur participe au programme, il faut qu’il ait des points de vente sur toute l’étendue du territoire, qu’il ait du stock et qu’il s’identifie auprès du ministère de l’agriculture qui doit autoriser sa participation au programme.

Tous les mois les fournisseurs présentent la totalité des YOLIM collectés au ministère de l’agriculture qui valide l’effectivité des travaux réalisés et  autorise le ministère des finances à payer la prestation de chaque fournisseur sur la base d’1 YOLIM = 1 000 F CFA.